Quel type d’éclairage choisir pour le bureau ou cowork ?

Pour assurer le bien-être et la sécurité de leurs employés, les entreprises sont tenues de mettre en place un éclairage adéquat. Cette obligation fait l’objet d’une réglementation depuis août 1983. Il est donc nécessaire de bien choisir l’éclairage utilisé sur les lieux de travail, qu’il s’agisse de bureaux ou d’espaces de coworking.

Pourquoi bien choisir l’éclairage ?

Selon l’Observatoire de la qualité de vie au bureau (Actineo), un mauvais éclairage de l’espace de travail est susceptible d’entraîner une fatigue visuelle, une irritation oculaire ainsi que des maux de tête. En revanche, un éclairage adéquat permet de prévenir une détérioration de la vue ainsi que la fatigue occasionnée par la sollicitation excessive des yeux. Il réduit également le nombre d’erreurs et évite la survenue d’accidents en lien avec une perception visuelle dégradée de l’environnement de travail.

En d’autres termes, l’utilisation d’un éclairage adapté au bureau est bénéfique pour la santé des travailleurs et assure leur sécurité. Qui plus est, elle peut améliorer la rentabilité d’une activité en augmentant la productivité des employés.

Concrètement, l’éclairage d’un espace de travail doit permettre d’exécuter facilement une tâche et garantir le confort visuel des employés. Pour ce faire, un niveau moyen d’éclairement doit être respecté. Il faut aussi porter une attention particulière à la bonne qualité de la lumière diffusée, à l’uniformité de l’éclairement ainsi qu’à l’équilibre des luminances pour éviter l’éblouissement.

Que dit la réglementation ?

La réglementation relative à l’éclairage d’un lieu de travail concerne les locaux, leurs dépendances, tous les espaces extérieurs ainsi que l’ensemble des voies de circulation utilisées par les employés. Pour les espaces intérieurs, le niveau d’éclairement minimal requis est de :

  • 40 lux pour les voies de circulation ;
  • 60 lux pour les escaliers et les entrepôts ;
  • 120 lux pour les vestiaires et les sanitaires ;
  • 200 lux pour les locaux aveugles dédiés à un travail permanent.

Pour les espaces extérieurs, il faut prévoir au moins :

  • 10 lux pour les voies de circulation ;
  • 40 lux pour les espaces où un travail permanent est effectué.

Le niveau d’éclairement d’un espace de travail doit par ailleurs être adapté au type d’activité et à la précision des tâches à effectuer. Il s’élève à :

  • 200 lux pour les travaux de bureau et la mécanique moyenne ;
  • 300 lux pour un bureau de dessin et le travail de petites pièces ;
  • 400 lux pour la gravure, l’industrie du vêtement et la mécanique fine ;
  • 300 à 500 lux pour le travail sur écran à fond clair et 200 à 300 lux pour le travail sur écran à fond sombre ;
  • 600 lux pour les contrôles divers, l’électronique fine et la mécanique de précision ;
  • 800 lux pour les tâches dans l’industrie ou les laboratoires qui sont très difficiles à exécuter.
Pourquoi bien choisir l'éclairage ?
Source wavebreakmedia / Shutterstock

Le choix des luminaires et des lampes pour espace de travail

Les luminaires et les lampes à installer dans un espace de travail doivent être choisis en fonction du type d’éclairage à mettre en place. S’il s’agit d’un éclairage général (visant à fournir de la lumière qui éclairera un local dans son ensemble), il est possible d’investir dans une dalle led 60×60. Ce type de luminaire procurera confort visuel et économies d’énergie. Il est aussi prisé pour sa facilité d’entretien.

Pour l’éclairage fonctionnel (qui permet d’éclairer une surface bien déterminée pour les activités comme la lecture, l’écriture, le travail sur ordinateur etc.), il est recommandé de se procurer une lampe de bureau ou un spot orientable. Il est en effet essentiel de pouvoir diriger le flux lumineux à sa guise sur sa zone de travail. Il convient aussi d’opter pour un modèle doté d’un variateur de lumière pour permettre à l’utilisateur de régler l’intensité de la lampe selon ses besoins.

L’orientation des sources d’éclairage et la luminosité

L’orientation des sources d’éclairage dans un espace de travail est un aspect primordial, car le confort visuel des employés en dépend. Pour les droitiers, la lampe de bureau devra être placée à gauche afin de réduire les zones d’ombre lors de la réalisation d’une tâche. Pour les gauchers, il faudra adopter la mesure inverse.

Dans les deux cas, le flux de lumière devra être dirigé vers le centre de la zone de travail. Au plafond, les spots ne sont pas conseillés. Il vaut mieux installer un panneau led qui diffusera une lumière homogène.

L'orientation des sources d'éclairage et la luminosité
Source : Pavlo S / Shutterstock

Bien choisir son ampoule

Les lampes de bureau peuvent être équipées d’ampoules incandescentes, halogènes, fluorescentes ou encore LED. Il est recommandé de choisir un modèle qui limite l’éblouissement. Sa température de couleur ne doit pas non plus nuire au confort visuel. D’une manière générale, il faut éviter les ampoules qui dégagent une lumière bleue, car cette dernière n’est pas adaptée pour travailler. Il est préférable d’opter pour des modèles à lumière blanche.

La médecine du travail préconise d’utiliser des ampoules qui émettent entre 2 700 et 3 000 kelvins. L’idée consiste à adopter un éclairage qui se rapproche de la lumière naturelle. Concrètement, celui-ci doit être chaud, mais pas trop blanc.

Image de couverture Flystock/ Shutterstock

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les dernières nouvelles

Vous voulez rester au courant des dernières nouvelles ?

Nous aimerions avoir de vos nouvelles ! Veuillez remplir vos coordonnées et nous resterons en contact. C'est aussi simple que cela !